lundi 27 juillet 2009

[Fear and Faith] Les tiraniens à la rescousse

Pour la partie de F&F prévue dans l'univers de Stargate, j'avais prévu d'opposer des membres du SGC aux Jaffas. Mais après avoir comparé les tailles respectives des figurines de Phoenix Icon et celles de GZG prévues pour faire SG-99, cela ne collait pas : les figurines Phoenix font 28mm mais sont fines alors que celles de GZG sont du "vrai" 25mm. J'ai essayé avec du Coppelstone mais ces dernières faisait massives, comme si une équipe de Stallone combattaient de frêles Jaffas. Et là l'idée de génie : prendre des figurines de CSO pour Rezolution qui font 28mm mais sont aussi assez fines. Mais comme le fait remarquer Draaz, elles ne font pas modernes et ont plutôt un look retro. Pas de problème : il suffit de modifier le scénario prévu : le SGC demande aux à la Confédération de Tirania sur le monde de Langara (celui de Jonas Quinn) d'aller à la rescousse du membre SGC capturé. Je procède à deux petits changements :
  • l'arme à feu des tiraniens devient C+1 (au lieu de C+2)
  • seul le spécialiste peut activer la porte des étoiles pour repartir avec le prisonnier
Arrivée des tiraniens

Après que les Jaffas se soient positionnés, le groupe de combat tiranien arrive en force par la porte des étoiles pour retrouver le membre du SGC qui a été stupidement capturé (il se trouve dans l'une des 4 tentes posées au centre de la table). J'envoie 2 soldats vers les tentes alors que j'avais prévu d'utiliser à fond mon éclaireur (la fouge de la jeunesse). Mon adversaire fait preuve de fair-play en me redonnant quasiment systématiquent la main avec des doubles échecs réguliers sur le jet d'activation.

Le prima et l'un de ses Jaffas (peints par Draaz)

Je progresse avec détermination et découvre assez vite où se trouve le prisonnier. Je contrôle bien les choses et je commence à mettre en doute l'équilibre du scénario. D'autant plus que mes armes automatiques oblige les Jaffas à rester séparés pour éviter le tir de balayage. Mon leader regroupe les soldats restés en arrière et ce petit monde arrive au coeur du dispositif Jaffa pour protéger la retraite de soldat qui porte le prisonnier.

C'est pas le tout de libérer le tau'ri, il faut aussi le porter!

Et là c'est le drame! Mon leader joue les gros bras et tombe sous les coups du prima et en plus avec un mort horrible : les tiraniens sont effrayés et en plus leur moral flanche. Le retournement de situation si proche de l'esprit des séries télévisées remet tout en question.

Normalement je devrais me souvenir des coordonnées de Langara

C'est le début de la fin : trop confiant je n'ai pas prévu de soutenir plus que cela le pauvre gars qui transporte le prisonnier, qu'il finit d'ailleurs par lâcher pour ne pas subir de plein fouet les effets d'un lance jaffa. Le spécialiste est revenu vite fait vers le DHD pour rentrer les coordonnées de Langara en attendant que ses compagnons ramènent le tau'ri.

Les morts s'accumulent de mon côté et très vite je déclare forfait : je vais devoir laisser le prisonnier au mains des jaffas qui ravis, le remettront à leur seigneur Goa'uld pour interrogation (enfin torture). Après tout que les tau'ri se débrouillent tout seul.

D'autant plus qu'un mystérieux et terrible ennemi pointe le bout de son casque...
Enregistrer un commentaire